Une roche mystérieuse et dangereuse

pict1260
Lundi matin, des élèves de 6ème ont apporté à M.Couderc une roche qu'ils avaient trouvé près de la piscine de Sens. D'abord inquiète par les traces orangées provenant de cette roche laisées sur les mains des élèves, M Couderc leur à demandé de bien laver leur mains et de ne pas les mettre à la bouche.

La roche est un basalte qui porte à sa surface des cristaux rouges-orangés. Ces cristaux réagissent avec l'humidité et fondent littéralement (ils sont donc solubles dans l'eau). Un papier absorbant placé en dessous de cette roches est gorgé de ce "jus"

pict1263

Après différents tests : dureté, solubilité, forme des cristaux et composition chimique, les résultats de M Couderc sont les suivants :

  • Dureté : entre 2.2 et 5
  • Cristaux monocliniques
  • Cristaux solubles dans l'eau
  • La réaction avec de la soude (NaOH) à 1mol donne une couleur jaune vif
pict1271

Sur la photo ci dessous : cristaux dissous dans l'eau à droite : couleur jaune-orangé et cristaux dissous dans l'eau + quelques gouttes de soude : couleur jaune vif

 

Conclusion : Ces cristaux sont du Dichromate de potassium : ils ne sont pas d'origine naturelle mais humaine.

Une personne contactée par M Couderc lui à même affirmé : "Cher collègue (je suis professeur et mineralogiste collectionneur fréquentant de nombreuses bourses), ce que je vois est un ensemble de cristaux de synthèse qui doivent être des chromates de potassium qui sont toxiques.
Je confirme le message d'Alain M. expert dans le domaine. Je confirme aussi notre lutte perpétuelle pour interdire ces saletés aussi dangereuses que séduisantes , par leur couleur et leur brillance. La forme des cristaux est celle du chromate de potassium certainement pas de réalgar!
C'est un classique et je vous assure de mon diagnostique, inutile de prendre des risques en analysant cette "saloperie" (pardon pour ma franche et courroucée affirmation). Direction poubelle produits chimiques sans autre forme de procès.

Des "guignols" falsificateurs font cristalliser ce chromate sur des pierres ( Glossary Link basalte ou autres) pour donner l'apparence d'un minéral sur gangue: c'est une escroquerie minéralogique qu'il faut condamner et pourchasser dans les bourses!!!"

La dangerosité de ces cristaux est avérée : voici les consignes de sécurité données par le site académique de Nancy-Metz :

  • Toxicité aiguë : pas d'indications particulières

  • Toxicité chronique/long-terme : IARC : groupe 1 (cancérogène chez l'homme selon les expériences).

  • Autres informations toxicologiques : Le chrome(VI) est très toxique. Il est absorbé aussi bien par les poumons que par le tube digestif. Les chromates/bichromates peuvent, en tant qu'oxydants forts, provoquer des brûlures et des ulcères de la peau et des muqueuses ainsi que des irritations des voies respiratoires supérieures. Après pénétration de la substance dans les plaies se forment des ulcères cicatrisant difficilement. Chez les personnes sensibles, la substance provoque facilement une sensibilisation et des réactions allergiques des Glossary Link voies respiratoires (danger de pneumonie !) et des lésions des muqueuses nasales (éventuellement perforation du septum). Après ingestion de la substance : troubles importants au niveau du Glossary Link tube digestif, tels que diarrhées sanglantes, vomissements (pneumonie aspiratoire !), spasmes, décompensation circulatoire, inconscience, formation de méthémoglobine. L'absorption peut provoquer des lésions du foie et des reins. Les composés de chrome(IV) sous forme respirable se révèlent clairement cancérogènes dans les tests sur l'animal. Dose létale (homme) : 0,5 g.

  • Antidotes : agents de chélation, par exemple EDTA, DMPS (Demaval(R))

Premiers secours

  • En cas d'inhalation : faire respirer de l'air frais. Consulter un médecin.

  • En cas de contact avec la peau : laver abondamment à l'eau. Enlever les vêtements souillés.

  • En cas de contact avec les yeux : rincer abondamment à l'eau, en maintenant les paupières écartées (au moins 10 minutes). Consulter immédiatement un ophtalmologiste.

  • En cas d'ingestion : boire immédiatement beaucoup d'eau, puis du lait, tenter de faire vomir, dégager les voies respiratoires, consulter un médecin.

  • Indications générales : Nettoyer les plaies soigneusement, couvrir sous conditions stériles.

Des consignes de prudence ont donc été données aux parents des élèves de la classe.

Cet "incident" est l'occasion de vous rappeller quelques règles élémentaires de prudence :
  • Si vous ramassez des plantes, des champignons ou des produits liquides ou des cristaux qui laissent des traces, lavez vous abondament les mains à l'eau et au savon après.
  • Ne portez jamais vos mains souillées (salies) à la bouche et ne mangez pas avec des mains sales.
  • Ne respirez jamais un produit chimique même par curiosité
  • En cas de doutes, apportez un échantillon à un adulte ou mieux laissez-le sur place
Je félicite les élèves qui ont eu le bon reflexe de m'apporter ce "caillou" suspect, si par hasard certains avaient chez eux un fragment de celui-ci, jettez-le immédiatement ou parlez-en à un adulte.

créer un compte